Le Journal de Lévis, À la Une aujourd'hui

Érick Deschenes — Mercredi, 5 septembre 2018

Paradis à la défense des proches aidants

François Paradis
Photo : Archives

Au lendemain du dévoilement des engagements de la Coalition avenir Québec (CAQ) pour « améliorer les conditions de vie des proches aidants », son candidat dans Lévis, le député sortant François Paradis, est revenu, le 5 septembre, sur ce sujet lors de son point de presse hebdomadaire. Selon le caquiste, le plan de match de sa formation permettra de résoudre plusieurs problèmes vécus par des proches aidants, qu'ils soient de Lévis ou d'ailleurs au Québec.

« C'est la première fois au Québec que des engagements aussi précis sont faits pour les proches aidants. […] Les proches aidants lévisiens n'échappent pas aux problèmes que vivent ceux d'ailleurs au Québec. Les proches aidants souffrent d'épuisement et d'isolement. Il va falloir se donner les outils et les bases pour faire en sorte que nos aidants ne s'épuisent pas et que nos aînés soient mieux que jamais », a soutenu M. Paradis.

Pour renverser la vapeur à ce chapitre, la CAQ entend mettre en branle, dès un premier mandat au pouvoir, son plan de match en six points. Comme l'a promis François Paradis, un gouvernement caquiste augmenterait le crédit d'impôt pour aidant naturel allant jusqu'à 2 500 $.

Également, afin d'offrir du répit aux proches aidants, la CAQ ferait construire, en partenariat avec la Fondation Maison Gilles-Carle, 20 maisons Gilles-Carle au cours des 10 prochaines années, dont 8 dans un premier mandant. S'il n'a pas fait d'engagement à ce sujet, le député sortant de Lévis « verrait bien » l'érection d'une maison Gilles-Carle en Chaudière-Appalaches.

De plus, la CAQ s'est engagée à faire adopter la première politique nationale sur les proches aidants. Cette dernière serait construite à la suite de consultations avec des intervenants du milieu. Dans la même veine, le parti de François Legault désire créer un Observatoire des proches aidants.

La CAQ entend aussi investir au moins 15 M$ par année pour assurer la survie du fonds de soutien aux proches aidants, à partir de 2021. Enfin, si elle obtient le pouvoir, la formation politique promet de déployer une équipe de coordonnateurs spécialisés et d'implanter un plan d'intervention (dossier médical) pour les proches aidants.

Une erreur à corriger

Grâce à ces engagements, François Paradis estime que le gouvernement viendra en aide à un volet « oublié » du domaine de la santé au cours des dernières années.

« Pourquoi le Service d'entraide de Breakeyville (responsable du service de soutien des proches aidants dans le Grand Lévis) fait des miracles pour en trouver et a des listes d'attente? Pourquoi, en raccompagnement, on cherche des bénévoles? C'est parce qu'on n'a pas agi. On a beau se soucier de gens éminemment importants, s'ils ne sont plus là, tout s'écroule. Il ne faut pas tenir ça pour acquis et j'ai l'impression qu'au fil des années, on a pris les proches aidants pour acquis. Un proche aidant est un plus qu'il faut soigner parce que c'est ça qui va faire qu'il va poursuivre », a conclu le député sortant de Lévis.

[Source]