La Presse, Arts visuels

Éric Clément — Mercredi, 28 mars 2018

Expo-vente des «trésors» de Gilles Carle

Muse et compagne de Gilles Carle pendant 27 ans, Chloé Sainte-Marie a décidé d'exposer et de vendre la plus grande partie des oeuvres picturales du cinéaste mort en 2009. Quelque 450 dessins et peintures seront présentés à l'Arsenal à partir de samedi et jusqu'au 13 avril.

Si l'oeuvre cinématographique de Gilles Carle a marqué le cinéma québécois, on a peut-être un peu oublié que le réalisateur des Plouffe et de La postière a étudié aux Beaux-Arts et à l'École des arts graphiques de Montréal. Alfred Pellan a même été son professeur.

On n'est donc pas surpris de constater combien il aura été doué avec un crayon, un feutre ou un pinceau à la main. Gilles Carle a dessiné toute sa vie, s'inspirant de ses dessins pour ses scénarios.

L'expo organisée à l'Arsenal comprend plus de 450 oeuvres picturales, créées entre 1977 et 2008. Des caricatures (par exemple d'Einstein, de Marie Laberge, de Victor Lévy-Beaulieu ou d'Hubert Reeves), des tableaux, ici le style Picasso, là l'influence de Klee ou de Marcel Barbeau, des portraits de sa muse, Marie-Aline Joyal qu'il renomma Chloé Sainte-Marie, et beaucoup de dessins érotiques.

Protéger son oeuvre

Une partie des dessins de Gilles Carle a brûlé lors d'un incendie et l'artiste en a jeté un grand nombre à la poubelle. «Comme tous les artistes qui doutent, indique Chloé Sainte-Marie. Mais j'en ai récupéré beaucoup. Aujourd'hui, mon devoir est de les protéger.»

L'artiste aurait pu faire don de ces oeuvres à un musée, mais elle dit ne pas avoir les moyens financiers de le faire. Elle veut poursuivre sa carrière et continuer à se consacrer à la cause des aidants naturels qu'elle défend depuis qu'elle s'est occupée, pendant 17 ans, du cinéaste atteint de la maladie de Parkinson. «Je réalise que j'ai besoin d'un salaire comme tout le monde», dit-elle.

Carle98
Sans titre, 1998, Gilles Carle, feutre, 14 po x 17 po
Photo : Pierre Dury

Dans l'absolu, Chloé Sainte-Marie aimerait vendre la totalité des oeuvres picturales à un collectionneur ou à une institution. Elle va contacter plusieurs personnes à cette fin. «Ces oeuvres sont mon héritage, mais aussi l'héritage des Québécois, dit-elle. C'était le journal intime de Gilles. Il parlait de nous, de moi, tous les jours avec ses dessins.» 

«Je l'aimais à la folie, Gilles Carle. Quand tu te lèves et que tu vois un de ses dessins sur ta table de chevet, comment peux-tu quitter un homme comme ça, qui te réinvente une vie ? Je n'étais pas capable de le laisser partir...»

On trouvera donc à l'Arsenal des oeuvres très inspirées, voire émouvantes, en ce qui a trait aux dernières que Gilles Carle a créées. Elles se vendront entre 1 000 $ et 35 000 $, prix du même ordre que celui des créations acquises dans le passé par Loto-Québec, Hydro-Québec, la Caisse de dépôt et placement du Québec et les caisses populaires Desjardins.

L'expo-vente sera placée sous le parrainage de Daniel Lamarre, président et chef de la direction du Cirque du Soleil, collectionneur et grand ami de Gilles Carle. «Cette exposition permet au public d'avoir accès aux trésors de Gilles Carle, dit M. Lamarre. J'invite les collectionneurs et les amateurs d'art à découvrir les oeuvres picturales de ce légendaire cinéaste.»

«En marge du grand art»

L'historien d'art François-Marc Gagnon fait également l'éloge des oeuvres de Gilles Carle dans un texte qui accompagne le catalogue d'exposition. «L'absolu manque de prétention de cette immense production est remarquable, dit M. Gagnon. Elle s'est située en marge du grand art et a tenu à y rester, comme si Gilles Carle avait voulu faire à l'envers la démarche de l'art moderne. Non pas s'inspirer du low art pour en faire du high art, mais s'installer à demeure loin du high art. Rester près de la source quand la communication l'emporte encore sur la création. C'est la raison pour laquelle on aura toujours du plaisir à revenir à ses dessins et tableaux.»


Gilles Carle - Partage et héritage, du 31 mars au 13 avril, à l'Arsenal (2020, rue William, Montréal)

Einstein Carle 99
Einstein (autoportrait), 1999, Gilles Carle, feutre, 10 po x 12 po
Photo : Pierre Dury

Après l'entrevue, Chloé Sainte-Marie a composé un poème, Dans un grand pan de vie antérieure, qu'elle nous a fait parvenir: 


Dans un grand pan de vie antérieure
qui emportait tout dans son expansion
Tout ce que je peux dire aujourd'hui
Durant près de deux décennies,
j'ai mis ma vie hors de moi
pour sortir un être humain de l'enfer
Pour sortir un être humain de l'enfer
où la maladie l'acculait désespérément
Ne me demandez pas ce que j'ai fait
je l'ai trop fait pour le savoir
J'ai été la plus grande quêteuse du Québec
pour garder un homme dans la vie
au-dessus de la ligne de la misère
Lui permettre chaque jour de regarder le dehors
depuis le grand intérieur
où la maladie s'efforçait de l'engloutir
Aujourd'hui dès que je marche
par les rues quelqu'un s'amène
Pour me dire «oui-oui»
et repartir... revenir sur ses pas
pour ajouter un autre «oui»
Et cela me touche
Maintenant je veux marcher dans la forêt
parmi les arbres devisant autour de moi
Je veux chanter et chanter encore
Chanter mon plaisir d'être
qui respire chaque jour
les confidences de l'espace

- Chloé Sainte-Marie

[Source : ]