Valérie Maynard, Mardi, 8 février 2011

Il était une fois Chloé Sainte-Marie

Tiré d'un article de Valérie Maynard, Nord Info, 8 février 2011

« Mon ancêtre, un Fançais, est arrivé ici en 1656. Il s’appelait Jacques Joyal et était interprète auprès des Algonquins », commence celle qui privilégie le terme territoire plutôt que pays.

Trois siècles et demi plus tard, Chloé Sainte-Marie porte fièrement en elle l’héritage de ses ancêtres, a fait sienne la culture amérindienne et chante leur langue, l’innu. « Ça me fait du bien de chanter en innu. C’est un geste d’abord égoïste qui me vient du désir de connaître mon histoire », dit-elle.

« La culture amérindienne est tellement riche avec tout son savoir ancestral, son nomadisme, sa spiritualité. »

« Nous partageons, avec les 11 nations amérindiennes présentes sur le territoire du Québec, 400 ans d’histoire. On ne comprend peut-être pas l’innu, mais on peut quand même être touché par la musique qui enveloppe les mots. »

[Source]