Radio-Canada International,
Raymond Desmarteau — Vendredi, 29 juillet 2016

Maison Gilles-Carle : le gouvernement du Québec passe en mode solution

Gilles et Chloé

Gilles Carle aura été l’un des cinéastes les plus influents du Québec moderne et du Canada. Reconnu sur la scène internationale, il a constamment tenté de repousser les limites du métier de réalisateur.

Soulignons seulement la petite histoire entourant son tout premier long métrage La vie heureuse de Léopold Z (1965) long de 75 minutes. L’Office national du film, son employeur d’alors, avait plutôt autorisé Gilles Carle à réaliser un court métrage de 20 minutes sur l’enlèvement de la neige à Montréal.

Mort le 5 décembre 2009, Gilles Carle s’est lentement étiolé durant plus de 15 ans en raison du Parkinson. Sa compagne des 27 dernières années, Chloé Sainte-Marie, bien que 34 ans plus jeune que lui, aura été une aidante naturelle jusqu’au bout.

Comme nous vous le disions dans un article précédent ici à RCI, l’actrice et chanteuse a été l’âme et la foi derrière la création de la Maison Gilles-Carle, un lieu de répit pour les aidants naturels.

Grâce à des dons, certains substantiels et d’autres de quelques dollars à peine, la première Maison Gilles-Carle a été inaugurée à Cowansville, dans les Cantons de l’Est, 90 minutes à l’est de Montréal.

MaisonGillesCarle

Une structure fragile

Havre de paix pour aidants naturels, ne serait-ce que pour quatre heures consécutives deux fois par semaine, la Maison Gilles-Carle connaissait des temps difficiles au cours des derniers mois. Le conseil d’administration, formé de bénévoles, a dû se résoudre à annoncer sa fermeture pour 10 semaines à cause de problèmes financiers.

La semaine dernière, le conseil d’administration du Regroupement Soutien aux aidants de Brome-Missisquoi annonçait que la perte de subventions obligeait la maison à cesser ses activités jusqu’au 17 octobre.

Réaction du gouvernement du Québec  

L’organisme Appui national, qui a la responsabilité de veiller à la répartition des sommes consacrées chaque année au soutien des proches aidants, vient de recevoir le mandat d’accompagner les organisations régionales dans le but d’assurer le maintien de l’offre de services de la Maison Gilles-Carle.

Un premier pas dans la bonne direction, reconnaît le Regroupement Soutien aux aidants de Brome-Missisquoi. Il espère aussi que le gouvernement provincial assure un financement stable à la Maison Gilles-Carle et reconnaisse l’impact majeur qu’a un tel organisme sur la vie des aidants naturels. Ces derniers assurent une présence auprès de grands malades qui, sans eux, se retrouveraient totalement à la charge de l’État.

[Source]