Les aidants naturels

L'Hebdo du St-Maurice, Actualités

Myriam Lortie — Mercredi, 20 décembre 2017

Grand-Mère aura sa Maison Gilles-Carle

Chloé Sainte-Marie
La porte-parole de la Fondation Maison Gilles-Carle, Chloé Sainte-Marie, lors de son passage à Shawinigan cet été.
Crédit photo : L'Hebdo du St-Maurice Archives – Myriam Lortie

SANTÉ. La Fondation Maison Gilles-Carle a annoncé cet automne son désir d’ouvrir cinq nouvelles maisons de répit dans la province d’ici cinq ans, dont une dans le secteur Grand-Mère à Shawinigan. Il est déjà possible de contribuer à la campagne de sociofinancement pour soutenir le projet.

Jointe par téléphone, la directrice générale de la fondation, Christine Fortin, confirme que le projet d’ouvrir un tel établissement dans le secteur Grand-Mère à Shawinigan d’ici cinq ans est effectivement dans les plans. «L’an prochain, on se concentre sur celle de Boucherville», précise-t-elle.

La Fondation Maison Gilles-Carle est présentement à la recherche du groupe porteur qui pourra assurer la gestion de la maison de répit pour les proches aidants à Shawinigan. L’emplacement de la maison reste également à déterminer selon l’organisme choisi.

La Maison Gilles-Carle du secteur Grand-Mère pourrait contenir de 8 à 20 chambres pouvant accueillir une personne aidée pour une période d’une journée à 30 jours. «L’idée est de donner du répit à l’aidant, pendant que la personne aidée est logée dans la Maison Gilles-Carle», rappelle la directrice générale.

Le rêve de Chloé Sainte-Marie

En juin dernier, Chloé Sainte-Marie était de passage à Shawinigan pour l’exposition Moi, à mon plus beau, qui présentait des œuvres de Gilles Carle issues de sa collection personnelle.

La porte-parole de la Fondation Maison Gilles-Carle avait profité de l’occasion pour faire la promotion de la campagne de sociofinancement, tout en rappelant l’attachement de son défunt conjoint pour la Mauricie.

«Il aimait la forêt, les conifères», avait-elle raconté. Gilles Carle avait en effet tourné Les Mâles (1970) et La vraie nature de Bernadette (1972) du côté de la MRC de Maskinongé, ainsi que La Postière à Saint-Narcisse, dans la MRC des Chenaux, en 1992.

Rappelons que Chloé Sainte-Marie a passé 17 ans auprès de son conjoint cinéaste atteint de Parkinson. Ensemble, ils rêvaient d’une maison qui puisse appuyer les aidants et les personnes aidées, sans discrimination d’états de santé.

Pour appuyer le projet

La Maison Gilles-Carle du secteur Grand-Mère serait la première en Mauricie. Pour le moment, la seule Maison Gilles-Carle est établie à Cowansville. La fondation aspire éventuellement à en ouvrir une dans toutes MRC du Québec en plus des grands centres.

Sur indication, les dons récoltés pour la région serviront à financer le projet du secteur Grand-Mère. Il est possible de soutenir le projet en ligne, au www.jedonneenligne.org/fondationmaisongillescarle ou par la poste au 3440, rue Ontario​ Est, suite 410, Montréal (Québec), H1W 1P9. Plus de détails au www.fondationmaisongillescarle.org.

[Source]